Club-bourse.com

 
Home   Accueil :.
 
Your Account   Fiches bourses :.
 
Downloads   Placements :.
 
Web Links   Sites bourse :.
 
Topics   Logiciels bourse :.
 
 

  Bourse placements
· Guide Bourse

· Placements

· Epargne

· Retraite


  LOGICIELS BOURSE
· 1: Simpli Bourse 2


L'organisation des marchés d'actions en bourse
Les types de marchés d'actions en bourse


Quand on évoque les bourses de valeurs mobilières, on imagine traditionnellement, et très fréquemment, le cas de pays, comme les Etats-Unis d'Amérique ou le Royaume-Uni, où il existe plusieurs places financières et, donc, plusieurs bourses, mais où, aussi, une place domine toutes les autres comme, par exemple, le New York Stock Exchange et l'International Stock Exchange (selon l'appellation acquise en 1986 en Grande-Bretagne). Dans cet ordre d'idées, on parle des bourses de Zurich, de Milan, d'Amsterdam, de Madrid ou de Bruxelles en Europe, de Tokyo en Asie ; seule l'Allemagne fait exception avec un marché moins concentré et plusieurs places actives.
En France, depuis le 24 janvier 1991, il n'existe plus qu'un seul marché national qui a pris le relais de la bourse de Paris (qui réalisait plus de 95 des échanges boursiers) et des bourses régionales de Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nancy et Nantes. En Belgique, il existe certes une bourse à Anvers et une autre à Liège mais il est évident que seule la place de Bruxelles (avec plus de 90 des titres et des volumes de transaction) est représentative. A. Le marché boursier français
Le marché boursier français est organisé en trois "compartiments" : le marché officiel, le second marché et le hors-cote. Bien entendu, une action ne peut être cotée et négociée que sur un seul de ces marchés.


Le marché officiel


De très loin le plus actif, ce marché a été, organiquement, divisé en deux secteurs ou sous-ensembles (qui utilisaient, au demeurant, des modes de négociation spécifiques) : les transactions au comptant (ou immédiates) et les transactions au règlement mensuel (ou à terme). Compte tenu de la présence du MATIF et du MONEP, le marché du règlement mensuel (sur lequel étaient négociés les titres les plus importants, avec les volumes d'opérations les plus substantielles et avec la plus grande liquidité possible) a désormais pour vocation de disparaître ; il nous paraît cependant utile d'encore l'évoquer assez longuement pour des raisons pédagogiques. Ajoutons que le principe de l'unicité de cotation (entré en vigueur en octobre 1983) interdit à une valeur traitée sur le marché du règlement mensuel d'être négociée sur le marché du comptant.


a) Les transactions au comptant donnent lieu à un dépôt immédiat des titres par les vendeurs ; elles requièrent des acheteurs le paiement, sans possibilité de crédit, des sommes dues.

b) Les transactions au règlement mensuel ne se dénouent par une livraison de titres qu'en fin de mois (le jour de liquidation, la 7ème bourse qui précède la fin du mois). Entre-temps, les opérateurs n'ont fait que prendre une position acheteur ou vendeur sur ce qui n'est qu'un marché à terme. Afin d'en assurer la sécurité, ils devront fournir auprès de leur intermédiaire financier des garanties, sous la forme de couvertures en titres, en or ou en liquidités. Le jour de liquidation, un acheteur a le choix entre prendre livraison du titre et régler le montant dû, ou reporter sa position. Moyennant quelques coûts, il peut ainsi emprunter ce qu'il doit et continuer à profiter des avantages d'un marché à terme jusqu'à là liquidation suivante. Cette opportunité est également offerte aux vendeurs qui ont le choix, soit de livrer les titres, soit de prolonger leurs positions en empruntant des titres (moyennant le prix d'un dépôt). Cette opportunité est particulièrement attrayante pour un opérateur qui souffre dans l'immédiat d'une perte mais qui a la conviction que les cours vont évoluer rapidement de manière favorable pour lui. Il faut rappeler que le marché du règlement mensuel est le plus liquide et que les titres les plus importants y sont négociés. Aussi n'est-il pas rare qu'un spéculateur ouvre une position par un achat ou une vente, et la referme par une opération en sens contraire avant la liquidation. Il aura cherché à bénéficier d'un écart de cours en n'étant obligé que d'apporter une couverture. Les effets de levier peuvent être considérables.
Le tableau fournit, à titre de documentation, quelques statistiques sur les cotations à Paris.
Tableau du marché des actions en France

Nombre de sociétés cotées 1981 1985 1987 1990
Société françaises :        
- à la cote officielle 773 642 633 578
(dont Paris) (568) (489) (481) (444)
- au second marché 12 127 258 297
(dont Paris) (7) (80) (169) (186)
Sociétés étrangères   197 207 217


Source : Commission des opérations de bourse
2. Le second marché
Créé en février 1983, le second marché a pour vocation d'accueillir les entreprises de taille moyenne (d'une capitalisation boursière de quelques dizaines de millions d’euros). Il se caractérise surtout par les formalités simplifiées qui régissent son accès et qui le rendent bien adapté aux entreprises moyennes. De plus, la liquidité de chaque ligne et l'animation du marché peuvent être assurées par un syndicat qui est motivé par une société de bourse et qui a pour vocation de se porter comme contrepartie afin d'éviter que de trop nombreuses lignes tombent dans une profonde léthargie. Le second marché a été en France un incontestable succès.
3. Le hors-cote
Le hors-cote est un marché où les entreprises ont peu d'obligations. Les échanges peuvent être initiés simplement à la demande d'un ou de quelques actionnaires qui souhaitent vendre des titres. Une société de bourse va essayer de leur apporter une aide à travers une offre de transaction sur le hors-cote. Le marché est, cependant, très peu liquide ; les transactions sont épisodiques le plus souvent. En tout état de cause, c'est un marché très hétérogène.







Copyright © par Club bourse Tous droits réservés.

[ Retour ]

  Recherche






Copyright 2005 Club-bourse.com